25Juil/15

L’Education Populaire des Maisons des Jeunes et de la Culture

L’originalité fondatrice des M.J.C., qui sont  issues de l’esprit et des combats de la Libération et sont initiées par des jeunes et des adultes engagés dans la résistance à l’oppresseur et dans la promotion d’un Homme Libre dans une société de droit, en fait des espaces d’expérimentation culturelle, artistique, pédagogique, sociale et politique. Les MJC se sont données et ont reçu mission de mettre en œuvre, dès 1944, un projet éducatif et culturel actif de formation des citoyens et de restauration de la République.

Trois principes essentiels rassemblent les M.J.C. entre elles  et fondent l’ensemble de leur action ;

  • La promotion de la vie associative,
  • La laïcité ouverte active,
  • La cogestion et la coopération.
25Juil/15

Le projet d’Education Populaire décliné à la MJC Clal

La MJC Clal est à l’origine une association de quartier, fondée en 1977 par des groupes actifs vivant sur le quartier et souhaitant réunir leurs efforts pour animer Chemin Long.

La M.J.C. est un lieu d’accueil, d’expérimentations, ouvert à toute personne qui adhère à son projet. Son public est composé autant de très jeunes enfants, que d’adultes. L’action Enfance Jeunesse est une priorité  de la MJC qui n’est pas antinomique avec des activités destinées aux adultes. En effet, toute société est constituée d’individus de tous les âges. Et l’apprentissage de la citoyenneté pratiqué à la MJC est aussi la mise en confrontation des réalités de plus jeunes avec celle des adultes.

La M.J.C. est un endroit de vie, de rencontres, ouvert à d’autres associations.

La M.J.C. est un lieu de formation, d’apprentissage de la vie collective.

25Juil/15

Le fonctionnement démocratique de la MJC

L’adhérent, s’il a 16 ans ou plus, ou son représentant pour les moins de 16 ans,  est un membre actif de la MJC. A ce titre, il participe aux décisions : à l’Assemblée Générale, réunie une fois par an, au Conseil d’Administration, s’il est candidat et élu pour y siéger, au bureau s’il entend s’investir encore plus pour développer le projet de la MJC.

La MJC est une association qui n’a rien à vendre.  Elle propose, incite, construit avec les adhérents. A vous de prendre part à cette construction collective.

La MJC est organisée en réseau local, départemental, régional et national.

25Juil/15

Le partenariat

Un de nos objectifs fondateurs est la cogestion et la coopération, autrement dit, le faire ensemble. La MJC ne peut pas agir seule efficacement. La traduction concrète de la cogestion et de la coopération pour la MJC Clal, c’est l’accueil de:

La Mission Locale avec des permanences hebdomadaires,

D’associations et d’institutions, sur la base d’une convention annuelle. Actuellement sont accueillies dans nos locaux ; TM Dance –  groupe de danses en ligne, Ori Haunui – association tahitienne, les Activités Cyclistes de Chemin Long, le Comité des Fêtes, les écoles Arnaud LAFON, la FCPE, le Patronage Laïque, l’association des commerçants du quartier.

Plus ponctuellement, la MJC met à disposition ses locaux aux groupes et associations pour des réunions et des rencontres conviviales.

Au – delà de ces services rendus, la MJC recherche systématiquement à développer des échanges et des projets  avec les utilisateurs des locaux.

La M.J.C. fonctionne grâce aux subventions qu’elle obtient avec la signature de conventions. La ville de Mérignac est le premier partenaire de la M.J.C. Elle finance une partie du fonctionnement de l’association et des actions, spécifiquement adressées aux enfants et aux jeunes. Les autres partenaires : la CAF de la Gironde, Le Conseil Général, l’Etat, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale de la Jeunesse et des Sports, versent des subventions pour des projets ponctuels.

A l’échelle de la ville, la MJC Clal a signé une convention de coopération avec les 9 autres associations d’animation de Mérignac. Nous nous sommes mutuellement engagées sur 4 axes :

  • Développer un projet partagé et des actions envers la jeunesse,
  • Favoriser la prise de parole et valoriser la place de tout citoyen dans la ville,
  • Elaborer des réponses solidaires par de l’action collective face aux précarités,
  • Poursuivre la réflexion sur nos modes d’organisation (gouvernance, économie, mutualisation de moyens…).